Que faut-il attendre du concours du sorcier glouton ?
Publi� le 25 mars 2005

Plutôt que de se contenter de faire bêtement partie d'un concours de positionnement, je profite de cette tribune pour vous faire part de mon avis personnel sur les techniques de positionnement les plus courantes et la pertinence des moteurs de recherche.

-  le pageRank : normalement, un site à fort pageRank participant au concours devrait l'emporter. C'est je pense, une erreur d'évaluation des moteurs de recherche de penser qu'un site très populaire devient de ce fait, une source d'information fiable pour n'importe quel sujet.
-  le cloaking : en théorie, cette technique est prohibée par les moteurs. En pratique, les sites qui la pratique ne sont pas supprimés immédiatement de l'index alors que cette technique est très facile à détecter. Moralité : les moteurs font preuve d'une certaine tolérance, sûrement pour des raisons marketing. Il n'est pas normal de trouver des sites positionnés en première page pratiquant le cloaking. Certains le disent même ouvertement ! Cela va-t-il durer ?
-  la dissimulation de contenu : voilà une technique plutôt subtile. Là aussi, il est facile pour un moteur de détecter si un paragraphe est situé en dehors de l'écran mais je doute qu'ils le fassent. Cela m'étonnerait, pour des raisons de performance, que les moteurs lisent la feuille de style.
-  le spam de commentaires : c'est bizarement la pratique la plus décriée et impopulaire. Pourtant elle est très courante ! Il suffit d'insérer un commentaire pertinent et de mettre sa signature avec un lien sur votre site. Quoi ? Tout le monde le fait ? Et oui, c'est aussi un moyen de susciter les réponses à vos articles.
-  la surcharge : là aussi c'est très facile à détecter. Malheureusement on peut constater que les moteurs ne gèrent pas la répétition de mots clés sachant que la plupart des concourants utilisent cette bête technique.
-  la substitution : à ma connaissance personne le fait. Les moteurs devraient et peuvent facilement l'interdire. Si c'est possible, c'est à cause de failles.